Pad thaï végétal

Végétalien (vegan) – Sans gluten
Pad thaï aux légumes de saison (vegan, sans gluten)

Voici une recette inspirée de la cuisine asiatique. Traditionnellement, le Pad Thai est préparé avec du poulet, du bœuf et/ou des crevettes, et parfois avec du tofu pour une version vegan. La version que je vous propose ici est végétale, minimaliste, et se concentre sur les légumes et la sauce qui accompagnent les nouilles. Il est toutefois parfaitement possible d’y ajouter du tofu poêlé (50 à 100 g par personne) ou un autre aliment riche en protéines.

La sauce est aussi revisitée en version simple et végétale : pas de sauce de poisson ni de pâte de tamarin, mais des ingrédients basiques que vous trouverez facilement en magasin bio. Le sirop d’érable permet d’apporter une touche de sucré qui équilibre les saveurs.

Temps de préparation : 20 min

Temps de cuisson : 10 à 15 min

Matériel spécifique : une grande poêle * ou un wok ; un couvercle adapté.

Ingrédients :

(Pour 2 personnes)

  • 100 à 160 g de nouilles de sarrasin **, ou de nouilles de riz complet ;
  • 3 carottes moyennes (environ 200 g) ;
  • 1 poivron rouge moyen ;
  • 1 petite aubergine (75 g par personne maximum) ;
  • 10 noix de cajou, ou quelques cacahuètes grillées non salées.

Pour la sauce :

  • 20 g (environ 2 càc) de purée de sésame blanc (tahin), ou de purée de cacahuètes ;
  • 1 à 2 càc de sirop d’érable (selon goût) ;
  • 2 càs de tamari ;
  • 2 càc de curry en poudre ;
  • 1 càc rase de gingembre en poudre (facultatif) ;
  • 200 g (ml) de lait de coco ***.

Préparation :

  1. Tremper les noix de cajou dans un bol d’eau pendant 12h. Le trempage des noix de cajou est important pour réduire leur teneur en FODMAP et les rendre plus digestes. Si vous utilisez des cacahuètes grillées, pas besoin de les tremper. Concassez-les au couteau pour les réduire en morceaux
  2. Après trempage, rincer les noix de cajou et les mettre de côté pour la fin de la préparation.
  3. Eplucher et couper les carottes en fines rondelles. Couper le poivron en lamelles. Couper l’aubergine en rondelles.
  4. Dans une poêle *, faire cuire les légumes avec 4 càs de lait de coco, pendant 5 min, à couvert.
  5. Pendant ce temps, préparer la sauce : à l’aide d’une petite cuillère, délayer la purée de sésame avec le tamari et 2 càs de lait de coco. Une fois qu’une crème homogène est obtenue, ajouter les épices, le sirop et encore un peu de lait de coco. Mélanger. Ajouter le reste du lait de coco. Mélanger pour que la sauce soit bien homogène.
  6. Faire cuire les nouilles selon les instructions du paquet.
  7. Après les 5 min de cuisson des légumes, mélanger et laisser cuire 5 minutes de plus à couvert.
  8. Egoutter les nouilles quand elles sont al dente.
  9. Quand les légumes sont cuits (tendres), ajouter les nouilles dans la poêle. Ajouter aussi la sauce.
  10. Bien mélanger pour répartir les nouilles et la sauce dans les légumes.
  11. Servir et décorer de quelques noix de cajou (ou de cacahuètes concassées).

Déguster chaud !

Variantes : pour une version plus hivernale…

  • Remplacer les rondelles d’aubergine par des fleurets de brocoli ou des rondelles de navet ;
  • Remplacer le poivron par du chou chinois (75 g par personne maximum), ou par des feuilles d’épinards (ajoutez-les à la fin de la cuisson, en même temps que les nouilles cuites !).
Pad thaï aux légumes de saison (vegan, sans gluten)

Notes :

* Choisissez votre poêle de préférence en inox et sans revêtement.

** J’ai utilisé les nouilles au sarrasin et shiitake de la marque Terrasana : elles sont délicieuses et se tiennent parfaitement bien (Achetées en magasin bio, à Satoriz.)

*** J’ai utilisé du lait de coco en boîte, dont j’ai prélevé la moitié de la crème solide (au-dessus) et la moitié de l’eau de coco dessous. Je préfère utiliser le lait de coco en boîte car il est non homogénéisé.

L’homogénéisation est un procédé mécanique qui consiste à appliquer de très hautes pressions au liquide. C’est une technique à la base inventée pour limiter le déphasage des produits laitiers et améliorer les qualités organoleptiques de certains produits (soupes, ketchup, petits pots pour bébés, crèmes glacées, etc.).

Elle modifie profondément la structure du lait car elle consiste à faire éclater les globules de matière grasse en fines particules (de la taille du nanomètre).

Selon plusieurs études, l’impact de l’homogénéisation sur la teneur en macro et micronutriments du lait serait négligeable.

Des spécialistes affirment néanmoins que l’homogénéisation n’a pas que des avantages : en déstructurant la matière grasse, cette dernière perdrait son effet de satiété (ce qui nous incite donc à manger davantage). De plus, l’homogénéisation favoriserait aussi le passage de molécules non digérées dans le sang.

Malheureusement, son impact sur la santé à long-terme a été très peu étudié dans la littérature scientifique. Je ne peux donc pas vous en dire beaucoup plus à ce sujet. Toutefois, dans mon cas, je considère les laits animaux et boissons végétales homogénéisés comme des aliments ultra-transformés (la matrice de l’aliment est modifiée de façon importante, jusqu’au niveau moléculaire). J’en consomme le moins souvent possible (sans me les interdire totalement, car c’est parfois pratique !).

Affaire à suivre… 😊

La recette vous a plu ? N’hésitez pas à la partager, la commenter, me faire un retour, ou même me partager vos créations en m’identifiant (@brindesens sur Instagram, ou sur Facebook) ! 😊

Pad thaï aux légumes de saison (vegan, sans gluten)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :