Jus carotte – persil frais

Rien de tel qu’un jus carotte-persil en guise d’entrée pour faire le plein de vitamines et minéraux. Et en plus, c’est super bon !

Temps de préparation : 5 min

Matériel spécifique : un extracteur de jus *, une passoire fine

Ingrédients (pour un petit verre de jus **) :
  • 4 carottes moyennes
  • 1/3 de botte de persil
  • C’est tout !
Préparation :
  1. Extraire le jus à l’extracteur.
  2. Filtrer avec une passoire fine avant de boire. Il est possible de garder ces fibres broyées qui contiennent encore un peu de jus pour les mettre dans une sauce ensuite.

Pour bénéficier de tous les bienfaits des jus, le boire immédiatement après extraction.

Notes :

* Choisir un extracteur à faible vitesse de rotation pour préserver les nutriments fragiles (de l’oxydation notamment).

** Selon l’extracteur que vous avez, plus ou moins de jus sera extrait.


Flan à la vanille revisité

Flan végétal (sans gluten)

L’un de mes desserts favoris depuis longtemps, c’est le flan pâtissier ! J’ai voulu le revisiter sous forme végétale pour proposer une alternative à tous ceux qui ne mangent pas de produits animaux, que ce soit pour des raisons éthiques, écologiques, santé ou pour des problèmes d’intolérances ou allergies.

Je vous livre donc la recette d’un flan végétalien, sans soja (pour changer des recettes habituelles végétaliennes). Bien que son allure soit originale (vu de dessus, il me fait un peu penser à une rose !), sa texture en bouche se rapproche du flan pâtissier. Pour éviter cette aspect « rosacé », il suffit de remplacer la fécule de pomme de terre par de la fécule de maïs.

L’avis de la naturopathe : c’est un dessert gourmand (riche en sucres), à garder pour les occasions 

Temps de repos : 1h + 3h

Temps de préparation : 20 min

Temps de cuisson : 50 min

Matériel spécifique : moule à tarte, papier sulfurisé (écologique), rouleau à pâtisserie, blender

Ingrédients (pour 1 beau flan) :

Pâte :

  • 100 g de farine de sarrasin + un peu pour étaler la pâte si besoin
  • 80 g de flocons d’avoine (petits)
  • 90 g d’eau
  • 20 g d’huile neutre (tournesol par exemple)

Liant :

  • 1 L d’eau
  • 120 g de fécule de pomme de terre
  • 100 g de flocons d’avoine
  • 100 g de sucre complet
  • 125 g de pomme épluchée coupée grossièrement (1 pomme moyenne)
  • 1 cc rase de vanille en poudre (ou 1 gousse de vanille grattée)
Préparation :
  1. Préparer la pâte : Mélanger les flocons d’avoine et la farine de sarrasin dans un saladier. Ajouter 1/3 de l’eau, mélanger à la main, rajouter ensuite encore 1/3, mélanger de nouveau, puis ajouter le reste. Pétrir la pâte quelques secondes pour que l’eau s’incorpore, puis ajouter l’huile. Pétrir jusqu’à obtenir une belle boule homogène qui se décolle des parois. Laisser reposer 1h à température ambiante dans le saladier et recouvrir d’un torchon. Ce repos permet aux flocons de s’imprégner d’eau).
  2. 1h (ou plus) plus tard : Étaler la pâte au rouleau (il est plus facile de le faire en mettant la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé pour éviter qu’elle ne colle au rouleau et qu’elle ne se casse une fois étalée). Il est possible que la pâte soit un peu trop sèche pour être étalée (les flocons d’avoine ont absorbé une partie de l’eau), dans ce cas rajouter 1 cc d’eau pour l’assouplir, puis la pétrir 30 sec de nouveau pour bien incorporer l’eau.
  3. Préchauffer le four à 200°C.
  4. Préparer le liant : Faire bouillir l’eau dans une grande casserole. Dans le blender, mixer les flocons avec la fécule, la vanille et le sucre. Ajouter l’huile, la pomme coupée et épluchée et ¼ de l’eau très chaude. Mixer immédiatement. Le mélange s’épaissit très vite. Rajouter progressivement le reste de l’eau bouillante en mixant. Vous devez obtenir une sorte de crème lisse et assez liquide. Verser le tout dans la casserole (attention c’est chaud !) et laisser épaissir sur feu moyen en fouettant constamment. La crème est assez épaissie lorsque des sortes de cratères apparaissent en surface (bulle d’air qui remontent et explosent).
  5. Verser le liant sur la pâte à tarte. Cuire environ 50 min. Cela ne sert à rien de vérifier la cuisson en plantant un couteau au centre car le couteau ressort sale même si le liant est cuit (celui-ci se « gélifie » réellement qu’après refroidissement).

Le flan met 3h bonnes heures pour refroidir totalement (au réfrigérateur). Il peut être consommé froid (à température ambiante plutôt, comme un flan pâtissier) ou légèrement tiède (texture légèrement plus crémeuse).

Variantes …

  • Version avec une texture plus gélifiée et non « craquelée » sur le dessus : remplacer la fécule de pomme de terre par de la fécule de maïs
  • Version pour un flan de couleur plus claire : remplacer le sucre complet par du sucre blond
  • Version sans blender : remplacer les flocons d’avoine et l’eau du liant par 1L de lait végétal déjà prêt (lait de soja, avoine, amande…). Ajouter progressivement et mélanger le lait bouillant aux poudres à l’aide d’un fouet.
Flan végétal (sans gluten)
Flan végétal (sans gluten)

Assiette colorée : carottes, persil, orge, algues et graines de courge

L’orge fait partie de l’alimentation humaine depuis plusieurs milliers d’années. C’est une des plus anciennes céréales cultivées, bien qu’elle soit relativement peu consommée dans notre quotidien. Sa pauvreté relative en gluten la rendant difficilement panifiable, l’orge a été remplacée par le blé lorsque les humains ont découvert les joies du pain levé, plus léger que les traditionnels pains plats qui, dans toutes les cultures, constituaient jusqu’alors la base de l’alimentation.

L’orge peut pousser sous des climats très différents (en France comme sous les Tropiques !), c’est pour cela qu’on peut la retrouver quasiment partout dans le monde, à l’état sauvage ou cultivé. Plusieurs variétés existent. C’est la 3ème céréale cultivée en France (le blé occupant la 1ère position).

Céréale aux multiples usages, elle entre dans la fabrication du malt, qui compose la bière et le whisky. Sous forme de grains, on retrouve notamment l’orge mondé *, dont la première enveloppe extérieure très fibreuse a été retirée, mais qui conserve le son et le germe. On retrouve aussi l’orge perlé *, dont les grains ont subi de multiples abrasions (polis) et perdu le germe ainsi qu’une plus grande couche extérieure (le son). L’orge mondé est plus nutritif, car il a conservé la plus grande partie de ses nutriments. L’orge perlé peut être comparé au riz blanc et l’orge mondé au riz complet.

L’orge perlé est la forme la plus courante d’orge consommée eau quotidien probablement parce que sa cuisson est plus rapide et qu’il est plus facile à mastiquer. L’orge est excellent dans les soupes, peut être utilisé en farine pour faire des galettes ou du pain, ou bien sous forme de grains entiers comme dans la recette ci-contre..

* bien que « orge » soit un substantif féminin, on écrit « orge perlé » et « orge mondé ; les mystères de la langue française… 😉

Temps de préparation : 10 min + 45 min de cuisson

Matériel spécifique : un cuiseur vapeur, mixeur plongeant (facultatif)

Ingrédients (pour 2 personnes) :
  • 4 carottes
  • les feuilles d’une botte de persil
  • 100 g d’orge perlé *
  • 2 càs de graines de courge **
  • 2 cc d’algues séchées (ici, dulse)
  • Jus de citron
  • Huile d’olive
  • Miso de riz non-pasteurisé ***
Préparation :
  1. Laver l’orge plusieurs fois dans une passoire jusqu’à ce que l’eau soit limpide. Pour diminuer le temps de cuisson vous pouvez ensuite tremper les grains 12h (toute une nuit).
  2. Plonger les grains lavés dans 4 fois son volume d’eau froide. Porter à ébullition et laisser cuire à feu doux pendant 45 minutes.
  3. Pendant ce temps, laver et éplucher les carottes. Les couper en morceaux et les cuire environ 10 min à la vapeur douce.
  4. Pendant la cuisson des carottes, râper finement la deuxième carotte. Préparer la sauce : mixer (ou simplement mélanger à la fourchette) la moitié des carottes râpées avec les feuilles de persil, le jus de citron, l’huile d’olive et le miso.
  5. Disposer les préparations dans une assiette creuse et saupoudrer l’orge d’algue séchée et de graines de courge.
Notes :

* L’orge mondé peut aussi être utilisé dans cette recette. Dans ce cas, faites-le tremper toute une nuit (12h) puis cuire environ 1h (les grains doivent être bien tendres au centre).

** Les graines de courge sont plus digestes si elles sont trempées 12h. Ceci est valable pour tous les fruits à coque (amandes, noisettes, noix…) secs et toutes les graines (tournesol, sésame, lin…).

*** Le miso non-pasteurisé est riche en enzymes et bonnes bactéries (probiotiques), contrairement au miso pasteurisé (la chaleur entraîne une destruction des enzymes et probiotiques).

Lunchbowl orge perlé aux graines et aux algues, carottes et persil (vapeur et en salade crue)

Smoothie antioxydant aux abricots

Temps de trempage : 1 nuit (facultatif si blender puissant)

Temps de préparation : 5 min

Matériel spécifique : un blender

Ingrédients (pour 1 grand verre) :
  • 1 càs de graines de lin blond (trempées 1 nuit si possible)
  • 3 abricots frais
  • 4 abricots secs réhydratés
  • 2-3 pincées de gingembre en poudre (selon goût)
  • 5-6 pincées de curcuma en poudre (selon goût)
  • Facultatif (pour encore plus de vitalité !) : 2 bonnes pincées de graines germées (ici : graines germées de fenugrec germé 3 jours)
  • Eau
  • Décoration : 5-6 amandes trempées émondées
Préparation :
  1. La veille : tremper les abricots secs et les graines de lin (dans un verre ou directement dans le blender, mettre les abricots secs et les graines de lin, les recouvrir d’eau (7-8 càs)). Le trempage permet de faire gonfler et de réveiller les graines (pré-germination) et de réhydrater les abricots secs pour un meilleur mixage.
  2. Le jour J : mettre tous les ingrédients dans le blender. Mixer jusqu’à obtention d’une crème homogène et lisse. Ajouter éventuellement de l’eau pour obtenir la consistance voulue.
  3. Verser dans un verre et éventuellement décorer avec quelques amandes trempées émondées *. C’est prêt !

A consommer de préférence immédiatement pour éviter l’oxydation des précieux nutriments.

Notes :

— Ce smoothie est très riche en éléments anti-oxydants (abricots, curcuma, gingembre).

— Les graines de lin ainsi fraîchement mixées peuvent être digérées par l’organisme et donc fournir leurs oméga 3 (contrairement aux graines entières qui sont le plus souvent partiellement digérées).

— * Pour les amandes : les tremper 1 nuit aussi dans de l’eau. Le lendemain, se débarrasser de l’eau et les éplucher : la peau part en général presque toute seule.